19.11.14

PERSONNEL : Quand je serais grande je serais...


Je me suis dit qu'il était peut être intéressant que je vous parle de mon parcours, de ce que je fais dans la vie, pourquoi j'ai décidé de faire ce travail... Je sais bien que pour la plupart d'entre vous, jeunes ou moins jeunes ont toujours eu du mal à savoir quel métier rythmerait leur vie. Puis d'autres, comme moi, ont toujours su ce qu'ils voulaient faire. Injustice n'est ce pas ? Comment cela se fait il qu'on ait une idée fixe si jeune bien même avant de savoir qu'il va falloir trouver une école spécialisée pour apprendre ce métier ? Dis, tu feras quoi quand tu seras grand ? 

Depuis mon plus jeune âge et au plus loin que je me souvienne (de même pour ma famille) j'ai toujours voulu être fleuriste. Ne me demandez surtout pas pourquoi je voulais devenir fleuriste car la réponse est tout bête : " Je ne sais pas." Je ne sais pas pourquoi à 5 ans je voulais faire ce travail et pas un autre ou un métier complètement irréaliste. Dans mon entourage pas un(e) seul(e) fleuriste. C'est comme ma folle passion pour le violon depuis que je sais me tenir debout, mais ça, c'est une autre histoire.

Arrivée en troisième, je savais où j'allais faire mon stage découverte de trois jours : chez une fleuriste ! Enfin j'allais toucher mon but, voir si ce métier me passionnerait autant que j'en rêvais depuis petite. J'ai très vite déchantée. Ma professeur d'histoire qui était ma professeur principale et qui s'occupait donc, des stages, etc m'a complètement INTERDIT de faire un stage chez une fleuriste car oui : " Il faut que l'entreprise soit assez importante pour que tu vois plusieurs choses, que tu es de quoi parler pour ton oral.[...] Un fleuriste est tout seul tu n'apprendras rien." HAHA *pleurs* Et quel comble cela a été le haut de mes 15 ans quand j'ai vu qu'une amie (à cette époque, ne l'est plus aujourd'hui) A EU LE DROIT d'aller chez un fleuriste (alors que sincèrement c'est moi qui avait eu l'idée en première hum hum). J'ai maudis cette professeur toute ma fin d'année de troisième et je la maudis encore. Je me suis donc retrouvée au travail de ma mère (à l'époque, elle a changé depuis), c'était le Comité Régional du Tourisme. Je me sentais tellement pas à ma place là bas ! Pourtant les gens étaient vraiment très gentils, la seule fois où je me suis sentie utile (oui oui) c'est quand j'ai rentré des bons de livraison dans un ordinateur. Loin de la création du bouquet de fleurs vous en conviendrez. 


Fin de la troisième, il faut faire ses dossiers, choisir un lycée où faire ses études, de nouveau rentre en action ma superbe professeur d'histoire, je sais où aller, un lycée pas loin de chez moi qui fait aussi internat. JACKPOT ! A l'époque je suis même prête à redoubler ma troisième si besoin pour rentrer dans ce lycée et refaire une troisième agricole dans celui ci. Elle me dit que ce lycée ne le fait plus et amène gentiment le fait de viser un lycée.......... général ! APARTÉ : J'ai rien contre les lycées généraux mais pour moi il n'y a pas plus belle connerie que d'être envoyé là bas pour ne rien apprendre comme travail. A force de grognements, de coups de griffes, de colère, de rage, je réussis à être accepter dans ce lycée en BEP Productions Florales et Légumières. ALLELUIA *champagne* 

A mon entrée en seconde, à ma grande surprise, je découvre qu'ils font encore la 3ème Enseignement Agricole. LOLILOL. Je me plais là bas, le lycée est très familial, pas plus de 500 élèves, l'internat c'est cool, je suis bien là. A la fin de ma première année de BEP, on a possibilité en plus de heures de cours normales, de prendre des cours en Art Floral ! Je m'y inscris. Tous les mercredi soir nous avons trois heures de cours (sacré journée) on apprend à faire des bouquets ronds, à bien placer les fleurs... J'adore ! Je me débrouille plutôt bien, j'adore créer, mes favoris ? Faire des petits compositions florales en pot. Ce que je déteste ? Mettre de la pacotille de décoration. Je veux faire du naturel et rien que ça. La fin de mon BEP arrive, j'ai l'impression en deux ans d'avoir fais le tour, j'ai appris plein de choses mais maintenant je veux apprendre autre chose. Je fais donc une demande en BAC Aménagements Paysagers.


Demande acceptée. Me voilà dans une classe principalement de garçons, je ne vais pas vous cacher que les débuts ont été durs. Moi qui était très féminine, la seule de cette classe (pas sympa pour les trois autres filles qui étaient avec moi...) et avec mes petites manières de "bourgeoise" comme ils disaient si bien (j'ai su en jouer après et à me moquer de moi même. L'autodérision c'est cool parfois)... Mais au final j'étais mieux que dans ma classe de BEP où là pour le coup mis à part deux garçons, il n'y avait que des filles. HORREUR ! MALHEUR ! Mon amie Julia, au bout d'un mois de BAC Productions Horticoles m'a rejoins en BAC Aménagements Paysagers. A partir de là fingers in the nose. J'étais plus moi même avec elle, et on a finit par m'accepter telle que j'étais. Et ça, ça a été ma plus belle réussite du lycée. 

Diplôme obtenu. Demande de BTS refusée. La cata. Ma fin d'année scolaire de 2012 a été dure. A la sortie nous étions deux fois plus (réforme du BAC en trois ans), BTS ouvert à TOUS les bacs confondus (rpz les lycées généraux et les têtes en matières scientifiques). Places très chères, trop chères. Notre bande c'est toute foiré à l'entrée du BTS. Ceux qui voulaient faire du commerce sont passés, mais les autres, comme moi, qui voulait faire un bts avec option bureaux d'études se sont fait grignotés par les autres. Et oui les matières scientifiques priment sur les matières pratiques (n'y voyez rien de logique dedans car il n'y en a pas). 


Chômage. YOUPI ! A 19 ans je connais la joie de pôle emploi, des agences d'intérim et de la mission locale. Heureusement là où j'avais fait mes stages lors de mon BAC, en service de ville, m'ont embauchés pour faire une saison. Juillet Août sont très vite passés, trop même. Septembre, rentrée scolaire. Rentrée envoie de CV cette année, en même temps que mes autres petits collègues au chômage. Puis la chance a tourné. J'ai trouvé une superbe agence intérim. Ils m'ont fait travailler pendant plusieurs mois dans un hôtel, j'étais aide hôtelière, je servais les petits déjeuners, faisait les chambres. C'était cool, le gérant de l'hôtel était prêt à m'embaucher pour la durée d'un congé maternité. Puis un jour, un appel, une entreprise de paysage a qui j'avais envoyé mon CV il y a 5/6 mois me contacte pour un entretien. Direct. JOIE IMMENSE

L'entretien se passe magnifiquement bien, quand on me demande si je serais capable de faire telle ou telle chose je dis oui ! Je me vend, je suis tellement motivée que ça se voit, et ça marche ! J'ai une période d'EMT (évaluation en milieu de travail) de deux semaines, le 27 mai je signe mon contrat. Trois jours après mon anniversaire. A 20 ans je sors de ma période d'intérim. 


Cela fait maintenant un an et demi que je travaille dans cette entreprise, mais mon contrat se termine bientôt. Le 27 Mai 2015 ça sera fini. L'entreprise est une entreprise d'insertion, elle propose des contrats de deux ans. Cela ne m'inquiète pas plus que ça, je suis motivée plus que jamais ! Je vais refaire une demande de BTS dans les lycées que j'avais démarché il y a deux ans, contacter les entreprises pour savoir si ils prennent des apprentis, et TOUT FAIRE pour être accepter dans ce diplôme car j'ai vraiment besoin de me réorienter suite à quelques problèmes de santé. Si cela ne marche pas, et je vais rejoindre ce que je disais en début d'article, je ne sais pas ce que je ferais quand je serais grande


Et toi ? Quand tu seras grand tu voudrais faire quoi ? As tu connu les mêmes galères que moi ? Parles moi de toi ! 

0 petits mots :

Enregistrer un commentaire

Merci de ta visite et de ton petit mot ♡ Si tu veux être au courant quand je te réponds, coche la case m'informer !

À très vite.